fdh
 
 
 
 
as go to index
 
mt
 
   
 
 
Village Batéké

L'OFFRE DE PAIX DE DROGUES DE NSA - AFRIQUE, 1972

Par Adriaan Bronkhorst

J'étais un jeune travailleur néerlandais de l'aide au développement auprès de l'ONU, fils d'un professeur de théologie presbytérienne, juriste et fumant un calumet rempli de cannabis avec une tribu du Congo - un peuple qui considère le cannabis comme sacré et qui communique avec son aide avec les esprits des parents décédés et avec leurs dieux. Le chef de la tribu m'a demandé de transmettre au chef de l'ONU, Kurt Waldhei,m une invitation à visiter la tribu et à fumer avec son peuple pour la paix. Tout a commencé à Brazza Libre.

The People’s Republic of Congo-Brazzaville,
"Brazza Libre". Située sur la rive nord du fleuve Congo, Brazzaville était la capitale de la République populaire du Congo, un pays fondé sur l'idéologie marxiste. Brazza était autrefois une colonie française. Jusqu'à son indépendance en 1960, elle était la capitale de l'Afrique équatoriale française (AEF) et, pendant la Seconde Guerre mondiale, de La France Libre. A Brazza, le bras droit du général de Gaulle , Félix Eboué - devenu le plus haut fonctionnaire noir de l'administration coloniale - avait été nommé gouverneur général de l'AEF, après qu'Eboué s'était rangé du côté de de Gaulle pendant le conflit.
Depuis le cœur de l'Afrique, Eboué a organisé des troupes composées « d'Africains colonisés pour l'armée française libre. Dans le même temps, il a orchestré un glissement de la politique coloniale de l'assimilation à la «négritude»: l'implication des chefs tribaux traditionnels dans le gouvernement local, et le respect des mœurs et coutumes de la population indigène noire.

 
Le président français Charles De Gaulle à Brazzaville, Congo - 1958

La consommation de cannabis semblait être l'une de ces coutumes. Dans les années 1970, une guerre contre la drogue avait démarré dans le monde entier - ce dont ils étaient conscients à Brazza. Mais il n'y avait pas un fort désir à Brazza de participer au conflit. Au contraire, la consommation de cannabis en particulier était encore répandue dans la population en général, même si les fonctionnai-res et les politiciens se promenaient comme des intellectuels marxistes, buvant du whisky afin d'afficher leur mondanité et le statut croissant de leur jeune pays.
En raison de la rupture diplomatique du pays avec les EEUU, il n'y avait pas d'administration américaine des drogues - ni aucun autre type d'entrepreneurs fondamentalistes de la décence, et à la surface, le climat social respirait librement avec tolérance et diversité.
Pour la multitude de groupes ethniques à l'intérieur de ses frontières nationales, ce pays nouvellement indépendant essayait de trouver son propre modèle africain d'économie nationalisée.
Dans ce climat de ferveur révolutionnaire, j'ai participé à un projet à l'École nationale d'administration - l'institut de formation des hauts fonctionnaires - qui visait la réorganisation de l’administration. J’ai voyagé dans tout le pays, menant une enquête nationale sur les types d’éducation et de formation dont les fonctionnaires et les fonctionnaires auraient besoin pour transformer la fonction publique coloniale en une «administration de développement».

Nsa, le village Batéké
Lors de mon premier voyage, je me suis rendu à Djambala, capitale de la région des Plateaux, située à 350 kilomètres au nord-ouest de Brazza. C'était la mi-saison des pluies et le chemin de terre était une série de longues mares boueuses. Notre land rover gouvernemental a manoeuvré assez facilement, mais nous avons dû nous arrêter régulièrement à cause de camions et de camionnettes bloqués qui nous barraient la route. En travaillant ensemble, nous sortions ces voitures de la boue - puis tout le monde se dirigeait vers la mare boueuse suivante. A la fin du deuxième jour, déjà après le crépuscule et 70 kilomètres avant d'arriver à Djambala, le chauffeur, Auguste, s'est arrêté à Nsa, un village le long de la route, où nous avons passé la nuit.
Nous sommes allés à la «paillotte» centrale, une grande hutte ovale ouverte avec un toit de  chaume, où la population du village se rassemblait pour des activités communes le soir. Une centaine d'hommes mangeaient dans un cercle de tables imbriquées. Des femmes tournaient derrière elles, servant de la nourriture et des boissons, et attendaient en petits groupes à côté des poteaux de soutien de la hutte, entre leurs tâches de service. Dehors, les enfants jouaient. Ils ont couru entre les huttes derrière eux, disparaissant de vue dans l'obscurité, avant de revenir en courant en criant et en riant bruyamment. C'était une atmosphère contagieuse et joyeuse.
Auguste se dirigea aussitôt vers le chef du village, assis dans une large et vieille chaise à accoudoirs et dossier haut. C'était un trône par rapport aux autres sièges et bancs. A Tio, la langue batéké, Auguste a dit au chef que nous étions en mission gouvernementale, et que pour le représentant de l'ONU présent - il m'a pointé du doigt - un bon accueil était nécessaire.

Le chef - un homme maigre et réfléchi avec une courte barbe grise et des cheveux crépus - acquiesça, ordonnant à l'homme à sa gauche de se déplacer et m'invita à table. Avant de m'asseoir, je me suis présenté. Le chef a répondu que le sort se révélait favorable au village, car une personne aussi importante était en visite. Puis il fit un signe avec le bâton dans sa main droite, sur quoi toutes les conversations s'arrêtèrent, et le chef informa son peuple de la joyeuse nouvelle. Le chef a remercié les esprits de tous les vivants et de tous les morts pour ma présence et a dit que ma visite devait être célébrée dans un esprit d'amitié entre nos peuples.
Auguste, qui traduisait, m'a dit que nous allions bientôt fumer le calumet de la paix. Il m'a fait un clin d'œil et m'a dit qu'il valait mieux que je mange de bon cœur, pour ne pas leur donner l'impression que je n'appréciais pas leur hospitalité. Alors, je me suis laissé dorloter par les femmes, qui sont venues avec du manioc, de la sauce aux arachides et des morceaux de chèvre, de singe et de boa rôtis, ainsi que de la bière de palme fraîche pressée le matin même. J'ai reçu des encouragements pour continuer à manger. Pendant ce temps, grâce à la traduction d'Auguste, le chef et moi avons échangé des histoires sur nos vies. Nous avons exprimé de l'empathie en nous racontant les épreuves que nous avions subies et nous avons salués les victoires de chacun. C'était une excellente expérience.

 
Batéké fumant la pipe de  cannabis
 
Puis notre hôte a sorti son bâton pour commencer la cérémonie. Sa femme a apporté le calumet de la paix et l'a solennellement remis à son mari. C'était un tube de métal fin et rouillé d’un mètre de long avec une grosse tête ovoïde en acajou. D'un sac de raphia, mon hôte a sorti des sommets de fleurs de cannabis séchées et les a pétris avec son pouce dans la paume de sa main droite, formant une boule. Il a mis le cannabis dans la tête de la pipe. Puis il s'est levé et, tout en tenant la pipe à deux mains, il a parlé à son peuple.

Le monde contre le village
Pendant ce temps, je me suis fébrilement demandé ce que je devais faire lorsque ce calumet de paix rempli de cannabis s'approchait de moi. J'avais déjà fumé du cannabis, mais cela n'avait pas été une expérience agréable. Cela m'avait rendu très somnolent et avait altéré mon équilibre, me forçant à m'asseoir sur le sol, me donnant en outre un énorme mal de tête. Ce n'était pas une perspective bienvenue d'avoir à répéter une telle chose à nouveau - cette fois d'ailleurs dans un cadre public, tout en agissant en tant que représentant de l'ONU.
J'ai essayé de me souvenir des conseils qu'on nous avait donné lors de la séance d'information spéciale intitulée «Respect des pratiques locales» dans le cadre de notre cours de préparation. Par exemple, ne portez pas de shorts si l'hôte ne les porte pas. Ne saluez pas les personnes qui ne vous ont pas été présentées par l'hôte. Ne refusez la nourriture que s'il était évident qu'elle était gâtée et que vous pourriez en tomber malade. Nous avons reçu des listes de conseils - mais ce qu'il faut faire à propos d'un calumet de paix rempli de cannabis n'a pas été mentionné. En cas de doute, il était conseillé de s'en tenir à tout prix à la règle générale : éviter d'insulter l'hôte.

Mais était-ce une licence pour enfreindre nos propres traités de l'ONU sur la drogue? Dois-je mentionner dans mon prochain rapport de mission que j'ai fumé du cannabis avec les anciens du village afin de promouvoir les bonnes relations entre l'ONU et les Batéké de Nsa? Nos briefings n'avaient fourni aucun indice sur ce qu'il fallait faire face à un conflit entre le droit international et le droit coutumier de Nsa. J'étais dans un dilemme.

             
Masques Batéké

Le chef a livré son message de paix, et Auguste m'en a traduit l'essentiel. «Notre peuple des Batéké est un bon peuple», avait dit le chef. «Nous luttons pour l'ordre et le progrès sous la direction de notre président, le camarade Marien Ngouabi - et avec l'aide de Nkoué-Mbali, le grand esprit qui agit comme liaison entre notre empire Batéké et les dieux, et qui sert de médiateur pour la paix entre les esprits des vivants et des morts, entre les mondes visible et invisible. Aujourd'hui, un représentant des Nations Unies est venu à Nsa pour célébrer l'amitié et la paix avec les Batéké. Il apporte les vœux de paix et de prospérité du chef des esprits de tous les vivants et de tous les morts, l'invisible Kurt Waldheim en Amérique. Nous allons maintenant fumer le calumet de la paix, afin de réunir les esprits de tous les Batéké et de tous les hommes blancs et faire la paix entre nous. Puis, mon nouvel ami a allumé la pipe, a fait quelques longs tirs et me l'a tendue solennellement.

Toutes les personnes présentes avaient écouté le discours du chef dans un silence complet, et elles tournaient maintenant toute leur attention vers moi. Il semblait que par une simple traction de cette pipe, je pourrais apporter la paix sur terre.
Bien sûr, je fumais le calumet de la paix. Ce n'était plus un problème dans mon esprit. J'ai trouvé l'inspiration dans la nuit noire qui nous entoure, dans la nature intacte du site J'ai compris que, selon Félix Eboué, la loi naturelle me permettait de mettre de côté le droit international, pour donner une chance à la paix.
Je voulais répondre au chef, mais Auguste m'a dit que je ne devais pas faire de discours, que je devais plutôt fumer, pour que la pipe ne s'éteigne pas.
Alors, j'ai mis le tuyau à ma bouche, pour prendre une bouffée - une petite, pour ne pas être submergé. Malheureusement, à cause du fait qu'une grosse boule de cannabis brûlait dans le tuyau métallique, la poignée était devenue trop chaude pour que je puisse la tenir et, avec un cri de douleur, j'ai laissé tomber la pipe sur la table.
Ma manœuvre maladroite a fait sensation. Il y avait des cris que je ne comprenais pas et il y avait des rires - un groupe de femmes rigolait le plus fort. Je n'ai pu cacher ma honte, et le chef s'est épuisé à s'excuser de sa témérité, de m'avoir remis la pipe chaude. Entre-temps, il ramassa le cannabis en feu qui était tombé sur la table et le remit dans la pipe.

Un souvenir de la paix de la drogue presque effacée
Je devais redresser la situation. Je me suis levé et j'ai parlé: "Mes chers amis Batéké, permettez-moi de m'excuser de ma maladresse. De nombreux débuts sont difficiles, et aujourd'hui c'est la première fois que je représente les Nations Unies dans le monde. Pour la paix, cependant, aucun effort n'est trop grand et parce que vous voulez que je le fasse, je demande à votre chef de m'aider à fumer le calumet de la paix.
C'était bien dit, me dis-je avec soulagement - et les gens étaient apparemment d'accord. Il y a eu des applaudissements et le chef s'est aussitôt levé, a pris la pipe, l'a placée entre mes lèvres et l'a tenue là. Fermement.
J'ai pris une petite bouffée de la pipe, puis je me suis réalisé que je ne pouvais pas simplement expirer une petite bouffée. Je devais continuer à fumer, les encouragements de mes nouveaux amis ne laissaient pas de place à un faux geste. Alors, j'ai sucé et sucé jusqu'à ce que mes poumons soient pleins. Un choc électrique a traversé ma colonne vertébrale et m'a serré, fort; ma respiration s'était arrêtée. La fumée était piégée en moi. J'ai commencé à tousser misérablement. Le chef du village a passé la pipe à quelqu'un d'autre et a commencé à me tapper sur le dos pour m'aider à évacuer la fumée. De la morve et du vomi sont sortis aussi, et j'ai pleuré à la fois d'impuissance et de soulagement.

Le visage abattu, j'ai attrapé le rouleau de papier toilette qui m'avait été remis et j'ai commencé à me nettoyer. Quel sale petit garçon j'étais! De toute évidence, j'avais mis à mal la cérémonie, pensai-je, et ils n'allaient plus jamais m'offrir le calumet de la paix. Mes hôtes me tourmenteraient certainement, me dis-je. Timidement, je levai les yeux vers les hommes autour des tables, me sentant totalement impuissant. Humilié. Honteux.
Mes hôtes attendaient ce moment, car toutes les personnes présentes ont éclaté simultanément dans des acclamations bruyantes. La mission de paix avait réussi, parce que l'étranger avait vraiment fumé, ils en avaient clairement été témoins ! Il y aurait maintenant la paix entre toutes les nations du monde et les Batéké de Nsa, entre les vivants et les morts. Et pour informer immédiatement ces derniers de la bonne nouvelle - pour partager le bonheur de la tribu avec leurs ancêtres - des pipes apparaissaient à toutes les tables. Les hommes fumaient pour célébrer notre paix - et pour se préparer aux prochaines heures de danse pieds nus qui allait se dérouler dans la paillote hutte, leur joyeuse communication avec leurs ancêtres sous terre. Avec un poids enlevé de mon esprit, la paix m'a envahi aussi, et j'ai dansé avec les amis de Nsa, avec les vivants et les morts, jusque tard dans la nuit.

Juste avant notre départ pour Djambala le lendemain matin, des gens sont venus nous souhaiter au revoir. Ils ont fait preuve de respect pour le jeune représentant de l'ONU qui avait accepté leur offre de calumet de paix.
Avant de partir, j’ai partagé des mots que je n’avais pas pu leur transmettre la veille au soir. :
«Chers amis, ai-je commencé, vous m'avez invité hier à fumer le calumet de la paix avec vous. C'était un geste magnifique. Je suis heureux que nous ayons célébré la paix ensemble. Je vous suis également reconnaissant d'honorer la tradition de fumer le calumet de la paix. Récemment, il n'était pas certain que cette tradition puisse continuer ici, parce que d'autres dans le monde ont déclaré la guerre à votre calumet de paix. Grâce à Félix Eboué, qui a défendu votre tradition, nous avons pu fumer le calumet de la paix. Merci, monsieur Félix. De retour à Brazzaville, je transmettrai le message de paix de votre chef à notre représentant principal pour l'ONU. Merci à vous, surtout, chef, mon cher ami. " 

De retour à Brazzaville, j'ai rencontré le représentant résident du Programme des Nations Unies pour le développement. Je l'ai informé en détail de la réunion de Nsa. Ce fonctionnaire compétent et aimable a écouté attentivement mon récit - pour lequel il m'a vivement remercié.
Mais, également, il m'a dit qu'il n'accepterait pas mon rapport de mission écrit s'il racontait ces détails de ma réunion, car il était sûr que les règles de l'ONU l'emportaient sur les coutumes non écrites de Nsa, et qu'il ne serait pas bon d'inclure cette partie dans mon récit pour l'organisation. Et, donc, censuré par l'ONU, j'ai laissé l'offre de paix de drogues de Nsa hors de mémoire officielle.

Mais quand je pense à paix de drogues, je pense joyeusement à mon ami le chef de Nsa, et je transmets respectueusement après toutes ces années, son message cannabique de paix.