fdh
 
 
 
 
as go to index
 
mt
 
   
 
 
Marie, en bouquet, en récompense de ses défenseur.e.s

Lettre de présentation au Comité Nobel Norvégien de la candidature au prix Nobel de la paix 2021 du

Grand Bouquet Cannabique

de Défenseur.e.s. des Droits Humains et du Citoyen


Introduction

À l'occasion des festivités cette année célébrant le 30e anniversaire du Collectif d'information et de recherche sur le cannabis (CIRC), l'Institut de Paix aux Drogues (DPI - Pays-Bas) a l'honneur et le plaisir de présenter à l’invitation de l’association PAKA, pour votre examen du prix Nobel de la paix 2021, la candidature du Grand Bouquet Cannabique de Défenseur.e.s des Droits Humains et du Citoyen. Ce groupe de courageux militants du cannabis, principalement des français, a accepté de témoigner de la discrimination de quelque 5 millions d'hommes et de femmes de leur pays persécutés pour leur préférence de consommation pour la plante de cannabis sativa. Leurs témoignages devant votre comité vénérable constituent un délit au regard de la loi française qui interdit de présenter la plante de cannabis sous un jour favorable. Malgré leurs poursuites pénales prévues par la loi, les membres du Grand Bouquet souhaitent néanmoins témoigner car seul le témoignage peut lever l'ignorance de leurs concitoyens, libérer la science de sa servitude et obliger les politiques à l'écoute. En plus, un crime commis en vertu d'une loi française devant votre comité n'est rien d'autre qu'une violation des droits de l'homme commis par le législateur français si les droits garantis par la Constitution et les Traités, comme le droit à la liberté d'expression, sont niés. Le crime commis par les membres du Bouquet Cannabique devient alors un acte de désobéissance civile, destiné à contribuer au bien-être de l'humanité. Cette présentation a pour objectif de vous montrer que l'activisme cannabique, en France et ailleurs, s'inscrit parfaitement dans la défense des droits humains et des citoyens telle qu'elle est articulée en France depuis 1791 dans la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen et, pour le monde entier, dans la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948 et aussi, que le déni de ces droits par le gouvernement français est une violation flagrante des droits des citoyens de la République française et de tous les autres pays où la guerre contre la drogue fait rage, sapant les fondements de la liberté, la justice et la paix. Sans être hypocrite, un cannabinophile - une personne qui adore le cannabis - ne peut faire autrement que de présenter le cannabis sous les jours les plus favorables. C’est exactement ce que le Grand Bouquet Cannabique entend faire, pour l’élucidation de votre Comité Nobel et pour la promotion de la paix dans le monde.

1. La situation du cannabis dans le monde.
En observant les droits de l'homme dans le monde, il y a un sentiment de crise et il est certain que nous sommes arrivés à un carrefour. Le déclin relatif de l'Europe et des États-Unis suggère un ordre mondial multipolaire qui se traduit par une arène juridique et politique plus fragmentée. Dans le même temps, les politiques gouvernementales de nombreux pays semblent être engagées dans une «guerre mondiale contre les ONG», y compris celles qui recherchent de nouvelles conceptions qui rendent les droits de l'homme compatibles avec les droits de la nature. Et bien que la liste des motifs de discrimination interdits ait considérablement augmenté, par exemple avec l'âge, le handicap, le changement de sexe, les unions civiles et les partenariats et la préférence de genre, la préférence de consommation n'en fait pas partie. De même, le droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion, défini à l'art. 18 de la Déclaration des Droits de l'Homme est toujours interprétée de manière très restrictive et les substances enthéogènes, bien qu'à l'origine de toutes les grandes religions du monde, ne sont toujours pas reconnues comme telles (cf. «l'offre de paix de drogues de Nsa»)
Pour les utilisateurs de substances améliorant l'esprit, comme le cannabis, la Charte n'a pas répondu à leurs attentes, car au lieu de jouir de sa protection, ils ont été systématiquement persécutés comme aucun autre groupe de personnes. Les droits des utilisateurs de ces substances sont violés dans le monde entier et ils ne sont pas exempts de la peine de mort. De plus, les assassinats extrajudiciaires reviennent, cette fois contre des consommateurs de drogue dans les villes philippines, où ils sont assassinés en toute impunité par des agents de l'État et des justiciers tolérés par l'État. Sous le patronage de leur président Duterte et, en vertu de leur partenariat avec la DEA, avec le sceau des États-Unis et, en raison de la Convention unique sur les stupéfiants de 1961, sous l'égide des Nations Unies.
Cela ne devrait pas surprendre car la propre politique de l'ONU en matière de drogues a abouti à un système de contrôle fonctionnant en dehors de la Charte internationale des droits de l'homme. Un système qui tolère l’ethnocide des peuples autochtones (cf. «Evo, le soldat myope de mama coca - Bolivie, 1993 - 2013») et en incite d’autres - comme l’actuel gouvernement des Philippines - au génocide des toxicomanes et des trafiquants de drogue. La raison sous-jacente de cette scission est l'opposition historique entre les souhaits des peuples et ceux des États-nations, entre les droits humains et le maintien du pouvoir. Ce dilemme a sapé le concept de la Déclaration universelle et a été résolu en 1961 par la Convention unique, en faveur des nations.

Art. 18 de la Déclaration, sur la liberté de pensée, de croyance et de religion, implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou ses convictions seul ou en commun, tant en public qu'en privé. Cette liberté met fin, en théorie, à l'omnipotence des grandes religions mondiales qui, à travers l'histoire, ont réussi à maintenir le monopole de la vie spirituelle du peuple par l'interdiction du fruit de la connaissance du bien et du mal, niant de cette façon l'expérience individuelle du divin. Liberté, visée à l'art. 18, n'est garantie que lorsque la religion est interprétée comme re-ligare, renouer avec nos propres sentiments, avec le cœur, source naturelle du bien et du mal, mais pas si elle est vécue comme re-ligere, la relecture des textes, obéissance aux lois.

Cette opposition entre la souveraineté individuelle en matière spirituelle et la souveraineté du droit, historiquement personnifiée par l'État, était réglée par la Convention de 1961. Il stipulait que la consommation de drogue est un fléau pour l'individu et constitue un danger économique et social pour l'humanité et que, conscient de la santé physique et morale de l'humanité, le cannabis et d'autres substances améliorant l'esprit, bien que non addictifs et nullement nocifs pour d'autres, doivent être classés dans les catégories des substances les plus dangereuses. Malgré la longue tradition thérapeutique et religieuse de ces substances, leur utilisation était soumise à la morale capitaliste de l'évangélisation américaine, c'est-à-dire interdite. Cela consacrait un vol, par la plus haute autorité séculière, de la souveraineté spirituelle de retirer temporairement son esprit de l’architecture de la civilisation, et de passer ainsi de la conscience de soi socialement construite à la conscience cosmique.

Tout ce récit prohibitionniste a récemment été remis en question. En décembre 2020, à Vienne et à Washington, capitales respectives de la prohibition onusienne et américaine, il a été décidé de reconsidérer les caractéristiques et la criminalisation du cannabis, au profit de la plante. Il semble que l'humanité ne puisse plus échapper à la conclusion que l'interdiction du cannabis était une erreur historique, inspirée par le mensonge de la Convention unique de 1961. On parle de présenter des excuses aux innombrables victimes de cette lâche guerre et de les indemniser pour les graves dommages qu'ils ont subis.

2. La situation du cannabis en France.
Malheureusement, cette conclusion n'est pas acceptée par de nombreux régimes prohibitionnistes, dont la France. La Ve République continue de punir ceux qui osent présenter le cannabis sous un jour favorable et vient d'instituer une nouvelle amende forfaitaire délictuelle (AFD) pour l'usage de stupéfiants dans les lieux publics, laquelle poursuit également l'usage dans le secteur privé observé dans les contrôles sur la voie publique, de sorte que les usagers sont contraints de rester chez eux s'ils veulent échapper aux poursuites par l'administration de l'Etat, pourtant garant du droit des citoyens. à la santé et à la liberté de mouvement. Cette AFD transfère les pouvoirs punitifs de la justice à l’administration et constitue une attaque lamentable de l’arrière-garde du gouvernement français contre 5 millions de citoyens consommateurs de cannabis.

Béatrice Budin, une vétérane de la résistance française au cannabis soupire: «en tant que consommateur je ne quitte plus mon domicile sereinement, j'ai peur des policiers qui sont censés me protéger». Le président Macron bafoue ainsi les droits des enfants de la République, trahison non seulement de son électorat, à qui il a promis la légalisation du cannabis, mais aussi des valeurs fondamentales de la République.
Maintenant que le gouvernement Macron a décidé que le cannabis est «la merde » du pays et que quiconque le touche est passible d'une punition sur simple décision administrative, il semble grand temps que les consommateurs de cannabis montrent au pays et à son exécutif à quel point cette plante est jolie et géniale et à quel point elle apporte bonheur et bien-être à ses utilisateurs.
Le Drugs Peace Institute se réjouit donc que Eric Chapel, fondateur de l'association PAKA, ait invité les militants français du cannabis à former un «Grand Bouquet Cannabique des Défenseur.e.s des Droits Humains et du Citoyen», et de témoigner de la contribution du cannabis à.la bonheur de leur vie.

3. Recours à l’étranger à défaut d’être écouté en France.
Eric rappelle que dans une affaire pénale en 2014 pour auto-culture de cannabis à usage thérapeutique, son juge lui a dit qu'il devait s'arrêter ou aller vivre à l'étranger. Maintenant que le président Macron a décidé qu'il veut la poursuite permanente de tous les utilisateurs pour leur préférence de consommation de cannabis, ils devraient tous aller vivre à l'étranger s'ils ne se cachent pas dans leur propre pays pour échapper à la terreur de la guerre contre la drogue.

Une expérience un peu similaire est arrivée à Adriaan Bronkhorst, initié au cannabis à l'ambassade de France au Congo-Brazzaville (cf. «Extase dans la Case de Gaulle») qui a connu une longue liste de fonctionnaires comme collègues utilisateurs. Mais lorsqu'il a souhaité discuter de ces expériences devant le tribunal, sa défense a été refusée et il a été sommé de quitter le pays. (cf. Valenciennes 1998: le refus de rendre justice).

Eric estime qu’il est légitime de continuer à vivre en France tout en s’opposant au gouvernement français à l’étranger pour sa violation flagrante de ses droits humains fondamentaux, garantis dans la constitution de la République. Un premier groupe de dix militants a accepté de se présenter pour le Grand Bouquet et de témoigner de leur vie de cannabinophile, dans l'espoir que leur témoignage devant le Comité Nobel norvégien convaincra ses membres que l'usage du cannabis est bénéfique pour l'homme et le monde..

BPLT2 : Bon pour la Terre, Bon pour la Tête : tous les membres conviennent en toute sincérité devant le Comité Nobel qu’ils/elles n’ont d’autre choix que de parler avec le plus grand éloge et respect de la plante de cannabis, de manière à ce qu’elle ne peut être présentée que sous les jours les plus favorables, de sorte que quiconque le souhaite ou en ait besoin puisse s’informer et bénéficier en toute confiance et avec un encadrement adéquat de ses multiples applications matérielles, thérapeutiques et libératrices.

4. Le point de vue du Drugs Peace Institute sur la suppression du cannabis.

Le mensonge dans l’antiquité
Le cannabis, notre plante de marihuana, a poussé depuis des temps anciens sur toute la planète, un peu plus longtemps ici, un peu moins là-bas, comme dans les Amériques où il n'est arrivé qu'après Christophe Colomb.
Chaque tribu ou nation a donné à la plante un nom, comme Haoma dans le poème persan Gathas qui décrit comment le prophète Zarathoustra «a brisé le mensonge» après l'avoir consommée. Le Rigveda nous raconte aussi qu'après avoir bu du Soma, le mensonge a été pris en charge par Indra : «qui a brisé celui-là, le premier-né des dragons». Et à la fin de notre histoire, Charles Tart a noté dans son étude de 1971 sur les consommateurs de marijuana :
"Les programmes d'éducation aux drogues parrainés par les écoles et les agences gouvernementales sont consultés avec mépris et amusement par les utilisateurs, car leurs propres expériences, et celles de leurs amis, avec la marijuana les convaint que les instructeurs sont ignorants ou mentent. "

"Les programmes d'éducation aux drogues parrainés par les écoles et les agences gouvernementales sont consultés avec mépris et amusement par les utilisateurs, car leurs propres expériences, et celles de leurs amis, avec la marijuana les convaint que les instructeurs sont ignorants ou mentent. "


Le poète néerlandais Simon Vinkenoog a exprimé avec joie ce que ressentent tous les utilisateurs :

"Cela rit et nous donne du courage, c'est de la nature pure,
A chaque instant ici et maintenant.
Le high, cet effet désiré, qui éveille votre curiosité.
De quoi s'agit-il? qu'arrive-t-il au monde et à la loi?
Faites de votre mieux
Et jetez le mensonge à jamais par-dessus bord. "

Depuis le début de la civilisation en Mésopotamie jusqu'à nos jours, la marihuana (ainsi que d'autres substances améliorant l'esprit) a été trompeusement dépeinte comme infantilisante, dérangeante ou diabolique; à certains moments, même sa mention était déclarée criminelle.
Cela s'est produit dans le monde entier et, en nous renseignant sur les raisons de cette suppression historique, nous constatons que la réponse a déjà été donnée succinctement dans les anciens dictons indiens et iraniens cités ci-dessus: parce que la substance stimulant l'esprit expose les mensonges, et les détruit.
C'est facile à revendiquer bien sûr, mais les vérités des mythologies anciennes ne sont pas toujours apparentes, et pourraient même être elles-mêmes des concoctions trompeuses de scribes sans scrupules. Il semble donc préférable d'illustrer l'exactitude des propos ci-dessus à la main d'une description personnelle du processus mental marquant la consommation de marijuana.

Le cœur contre le mensonge
A Montréal, au début de mes vingt ans, j'étais devenu un décrocheur, une âme complètement perdue, et n’ayant rien de mieux à faire, j'ai accompagné un ami à une soirée où un joint était passé dès l'entrée. Après avoir inhalé une bouffée de fumée de marihuana, j'ai regardé une ampoule et j'ai été aveuglé alors que sa lumière explosait et remplissait tout mon champ de vision. Une fois que j'ai retrouvé ma vue, je suis sorti dans la rue et j'ai réalisé que mon esprit avait été essuyé. J'ai regardé les lumières devenir de plus en plus grandes et ce n'est que lorsqu'elles étaient très proches que j'ai réalisé que c'étaient les phares des voitures qui approchaient. Après cela, il m'a fallu encore beaucoup de travail pour découvrir que les panneaux de l'autre côté de la rue étaient des lettres sur le devant d'une maison, disant ``night-store ''. Beaucoup de travail mental plus tard, j'ai finalement réussi à traverser la rue en toute sécurité et je suis  entré dans le magasin pour acheter une collation. Petit à petit, je passais lentement devant les objets brillants sur une étagère, des dentifrices, des savons, des sacs de sel et de sucre, etc. J'ai accordé à chacun toute l'attention qu'il exigeait, comme s'il s'agissait d'un beau bijou, et après l'avoir reconnu et réalisé que ce n'était pas ce que je cherchais, je suis passé à l'objet enchanteur suivant.

Arrivé au bout de l’étagère, j’ai vu un homme me regarder. En m'approchant de lui, j'ai remarqué de la haine et de la peur dans ses yeux, sentiments que je nourrissais souvent aussi. Mais dans mon état innocent, au lieu de répondre à son regard hostile par un regard agressif, je continuais à le regarder fixement. Puis je me suis perdu complètement dans ses yeux, et un immense sentiment de bonheur m'a submergé. Une fois que j'ai retrouvé mes pensées, je me suis réalisé que pour ne pas céder à ma propre peur et à ma haine, et en m'ouvrant à cette autre personne, j'avais été libéré de mon propre moi. À travers les yeux de ce propriétaire de magasin, j'avais embrassé le moi au-delà de moi, le soi appelé soi cosmique. J'ai aussi compris instinctivement le message de l'homme de Nazareth qui, en son temps, avait prêché aux misérables de la terre que le chemin du bonheur passe par votre abandon à votre prochain. Le ciel, l'Église chrétienne m'avait appris, ne vient qu'à la fin de la vie, seulement après la mort. Mais ma bouffée de marihuana m'a appris que Jésus avait voulu que nous sachions que le paradis peut être obtenu ici même, en s'ouvrant à l'autre. Il ne parlait pas de l'autre qui au loin attend mon soutien financier, mais de l'autre juste ici en face de moi, physiquement présent, prêt à s'engager.

Grâce à cette illumination, j'ai recréé tout mon réseau mental, car une à une des idées de longue date étaient forcée de confronter les sentiments de félicité totale et d'appartenance que je venais de ressentir. Il ne pouvait plus y avoir de tromperie maintenant que mon cœur gouvernait mon cerveau. Ma compréhension est revenue, non plus commandée par les règles de la société mais par les diktats du cœur. Cette connaissance instinctive et existentielle qui s'est accumulée au moins depuis le moment où l'univers a éclaté, est toujours présente dans notre sang et l'emporte sur toutes les fausses connaissances propagées sans cesse par des tiers qui n'ont à cœur que leurs propres intérêts.
Et puis une autre pensée m'est venue : l'autre n'est pas l'enfer! Quelques années plus tôt, toujours au lycée, on m'a demandé d'étudier la phrase de Jean-Paul Sartre « L'enfer c’est les autres», et en essayant avec ardeur de comprendre ce que le philosophe avait voulu dire, les portes de l'enfer m'étaient en fait ouvertes dans un expérience nocturne terrifiante. Le souvenir de cela m'avait traqué depuis et je devenais régulièrement fou de peur en imaginant que j'étais coincé, seul et pour toujours à l'endroit où je etais à ce moment particulier. Je me cognais la tête contre le mur de désespoir, essayant d'échapper aux idées horribles qui me poursuivaient sans pitié.
Mais maintenant j'avais senti que l'autre n'est pas l'enfer, que l'autre est mon frère. La peur de la mort qui depuis cette nuit infernale m'avait terrorisé, avait disparu; avec mon ego confus, je l'avais perdu dans un moment au-delà de la notion de temps, et maintenant je pouvais comprendre ce que les anciens voulaient dire en parlant del'immortalité.
La ruée des sentiments de bonheur et les idées qu'ils mèavaient inspirées étaient trop pour partager avec le propriétaire déconcerté du magasin. Je lui ai dit au revoir et me suis précipité dans la rue, où j'ai saut é de joie en cette merveilleuse soirée d'été au pied du Mont-Royal.

Je suis pleinement conscient que mon expérience était personnelle, différente dans la mesure où l’expérience de la marihuana de chacun est unique. Mais il y a une essence que nous tous, consommateurs de la plante, partageons, à savoir la présence décroissante de notre ego, permettant une meilleure appréciation de notre environnement, des autres personnes en premier lieu. Cette propriété d’effacement de soi de la consommation de marihuana se manifeste d'abord dans les éclats de rire qui nous ravissent alors que nous n'avons commencé que récemment à consommer de l'herbe. Au fur et à mesure que nous devenons plus conscients des autres autour de nous, nous devenons aussi soudainement conscients des incohérences, ou de la ridicule, ou de la méchanceté de notre attitude envers eux. Petits traits de caractère, rien que vous ne remarqueriez normalement mais qui dans notre état d’innocence sont clairement embarrassants. Depuis que notre moi s'est effacé, il n'y a plus la possibilité d'un retrait plein de remords en son sein. Tout ce que nous pouvons faire est de regarder ce moi flétri et de le doucher d'une bonne dose d'auto-dérision, éclatant de rire hilarant, de la même manière que, selon l'historien grec Hérodote, les anciens Scythes appréciaient leurs bains de vapeur cannabiques.

Le mensonge sur le cannabis
Maintenant, on dit que la consommation de cannabis entraîne une psychose, qui est la difficulté de déterminer ce qui est réel et ce qui ne l'est pas. Cela semble certainement être le cas et le but de l'utilisation de la plante. Mais au lieu de condamner cette utilisation pour cette raison, il est bon de reconnaître que la psychose est un symptôme et non une maladie. La psychose causée par la consommation de cannabis expose l'aliénation de l'esprit et les mensonges qui soutiennent notre civilisation, en premier lieu les mensonges sur le cannabis. Les utilisateurs de cannabis du monde entier savent que les informations officielles sur la plante sont fausses, soutenues par les académiciens, la presse et les politiciens. On peut donc se demander qui est malade, l'utilisateur ou la fausse civilisation. Jetons un œil à quelques indications que l’histoire nous donne.

En remontant à l'aube de la civilisation, nous trouvons un premier récit cohérent sur l'utilisation de substances améliorant l'esprit, de nourriture et d'eau de vie, on les appelait à l'époque, il y a environ 4000 ans. Même si le nom réel de la plante n'a jamais été mentionné, le cannabis est le candidat naturel puisqu'il a été la plante vivifiante par excellence dans tout le monde antique. Il est donc prudent de présumer que chaque fois que les anciens mentionnaient une substance divine, ils se référaient probablement à la plante de cannabis. S'il ne s'agissait pas de cannabis, nous savons d'après les descriptions que c'était un produit similaire de la nature qui effaçait l'esprit pour donner à la voix du cœur une chance d'être entendue.

L'histoire en question raconte comment Adapa, le serviteur d'Enki, le dieu du commerce, avait été trompé par son maître sur les effets de la substance vivifiante. En conséquence, Adapa avait refusé la nourriture et l'eau de vie offertes par Anu, le dieu du ciel, et avait été renvoyé par lui des portes du ciel, de retour dans son monde inférieur. La fin de l’histoire est perdue, mais en regardant autour de nous, nous ne pouvons qu’observer que le message trompeur du dieu du commerce a collé depuis. Ses fidèles serviteurs prospèrent dans une réplique en plastique du monde qui brille naturellement, un monde en danger de destruction irrévocable.

Le fait que, tout au long de l'histoire, les gens se soient fait raconter des mensonges sur le cannabis est clairement illustré ces jour-ci, par une plainte des National Academies of Science, Engineering and Medicine des Etats Unis, exprimant en termes diplomatiques la frustration de la communauté universitaire face aux obstacles mis sur la voie de la recherche impartiale sur le cannabis. Se pourrait-il que le dieu du commerce, bien que toujours désireux de rester un peu plus longtemps au lit, abandonne enfin sa fausse version sur les dangers de la plante?
Même ainsi, dans l'intervalle, des millions et des millions de jeunes sont toujours persécutés et poursuivis pour leur utilisation de cette plante vivifiante et se voient refuser la bonne information que la société devrait leur donner à propos de cette utilisation. En conséquence, une grande partie de la population mondiale entre dans la vie adulte avec des problèmes existentiels, à commencer par sa méfiance à l’égard des voix de leurs autorités universitaires, médiatiques, médicales, politiques et même parentales.

La civilisation s'est égarée, le Dragon Menteur doit toujours être écrasé
Dans l'épopée de Gilgamesh, le héros s'est vu refuser l'entrée dans le monde des immortels, et est renvoyé en compagnie d'Urshanabi, le batelier banni pour y avoir transporté Gilgamesh. Sur le chemin du retour, il parvient même à perdre la plante de rajeunissement, un cadeau des dieux pour les citoyens d'Uruk, sa ville. Gilgamesh pleure sa perte, mais pas trop longtemps. Quand, peu de temps après, ils arrivent tous les deux aux murs de sa ville, il a complètement oublié la plante du rajeunissement, et déclame avec joie, à l'attention de toute la postérité :

«Monte, Urshanabi, sur le mur d’Uruk, et marche autour,
arpentez la plateforme de fondation, inspectez la maçonnerie!
(Voir) si sa maçonnerie n'est pas de la brique cuite au four,
et si les Sept Sages ne posaient pas ses fondations »!
(George, A; Gilgamesh: A Critical Edition; Tablet XI: 323-326)

Jeté hors du ciel - une figure de style pour dire ‘coupé de la voix intérieure’ - et ayant perdu la plante qui aurait pu donner accès à cette voix divine, le roi Gilgamesh présente la ville comme le nouveau et unique point de référence futur. Plus que tout autre texte de l'Antiquité, l'histoire de Gilgamesh annonce la naissance de la civilisation, la nouvelle ère dans laquelle l'humanité fera la terre à l'image de l'éclat du royaume d'au-delà, perdu, peut-être pour toujours.
L'ancien scribe qui a nié l'immortalité au roi nous a dupé en revendiquant la supériorité des murs de la ville, symbolisant les lois du souverain. Si seulement il nous aurait laissé la possibilité d'accéder à ce royaume au-delà de l'esprit, pour nous permettre d'y retourner en cas de besoin, lorsque les lois deviendraient trop onéreuses à soutenir pour les humains ainsi que pour l'environnement naturel. Nous aurions pu continuer à acquérir les connaissances existentielles dont nous avons désespérément besoin depuis le début pour corriger le cours de nos vies et de notre civilisation artificielle.

L'auteur affirmait que la vie civique suffirait à diriger le destin humain: les Sept Sages n'avaient-ils pas posé ses fondations? Mais ces Sept Sages ne venaient pas du cœur, ils étaient une invention des scribes d'Enki, le dieu du commerce. Ce scribe nous a dupé, parce que le dieu intérieur, la voix que nous pouvons entendre en temps d'illumination, cette voix ne nous expulse jamais du royaume divin, mais nous embrasse toujours comme une partie égale de la création entière. Ce sont les scribes, les lettrés et les académiciens qui ont soutenu avec un raisonnement trompeur la réalité tordue de leurs dirigeants. De l'Orient antique, en passant par Jérusalem et Rome et tout le chemin jusqu'à Washington, le dragon cracheur de tromperie a avec une force toujours croissante éloignée l'humanité de son amarrage dans le cœur. Afin de donner à l'humanité une chance de survivre et de respecter la vérité et les jeunes générations en quête de vérité, l'interdiction du cannabis et d'autres substances améliorant l'esprit doit prendre fin.

Les Bashilange congolais l'appellent Bena-Riamba, Frère-Chanvre, et le musicien Louis Armstrong l'a appelé un ami. Pour nous, la plante est un cadeau de mère nature, qui nous aide à purifier notre perception du monde en ces temps troublés. Bien que beaucoup de gens aient été amenés à croire que la plante est un mal à extirper, nous espérons que ce petit essai ait pu montrer sa beauté stimulante de paix et compréhension.